L’ONA renoue avec sa mission de service aux vulnérables

La direction générale de l’Office national d’assurance- vieillesse (ONA) s’apprête à lancer de vastes chantiers à l’occasion des fêtes de fin d’année, et également pour la nouvelle année qui s’en vient, aux fins de répondre, annonce le directeur général de l’institution, Me Chesnel Pierre, aux consignes formelles et précises de l’actuelle administration visant la dynamisation des programmes sociaux en Haïti pour améliorer le sort des plus vulnérables. Dans une interview exclusive accordée à la rédaction du Nouvelliste, le DG de l’ONA a précisé que les chantiers en cours de matérialisation concerneront dans un premier temps les femmes entrepreneures (commerçantes), la diaspora, les étudiants et, dans un second souffle, amorceront plusieurs réformes structurelles tendant vers une réorganisation de l’institution.

 

ONAFANM, ONADIASPORA, ONA-ETUDIANTS, ONA-COLLECTIVITÉS, l’informatisation intégrale des données de l’ONA, amendement de la loi-cadre de l’ONA… La direction générale de l’ONA a décidé de mettre le paquet en faisant notamment feu de tout bois. D’ici les prochaines semaines, le DG Pierre annonce tour à tour le renforcement et l’extension progressive du programme de microfinance ONAFANM destiné aux commerçantes n’ayant pas accès facilement au crédit traditionnel ainsi que le lancement des chantiers ONADIASPORA et ONA-ETUDIANTS.

 

le cadre de la poursuite de sa mission consistant à promouvoir l’autonomie des femmes, constituant le moteur de notre économie, l’ONA va permettre à environ 5 000 femmes issues d’associations d’entrepreneures dans le département de l’Ouest de bénéficier de prêts à un taux « imbattable » de 1% durant le mois de décembre. Continuant sur sa lancée, Chesnel Pierre révèle que l’État haïtien, à travers l’ONA, compte offrir un retour d’ascenseur à ses ressortissants vivant en terre étrangère dans le cadre de la redistribution des richesses qui sous-tendent la sécurité sociale.

 

En effet, au dire de l’actuel numéro un de l’ONA, une nouvelle étape sera franchie avec le lancement imminent de ONADIASPORA. « Ce produit permettra aux anciens assurés de l’ONA qui ont dû quitter le pays de continuer de payer leurs frais de cotisations. Toute autre personne vivant dans la diaspora pourra intégrer l’ONA, payer ses frais de cotisation en ligne, et éventuellement bénéficier de prêts en vue de faire des projets d’investissement dans le pays », a ainsi expliqué Chesnel Pierre.

 

À en croire le directeur général, ayant au préalable fait carrière dans l’enseignement, les jeunes universitaires ne seront pas en reste car l’ONA entend recruter 1000 étudiants finissants, en rotation tous les trois mois, moyennant des frais de 10 000 gourdes par étudiant. Ce programme ONA-ETUDIANTS, dit-il, s’inscrit en droite ligne de la volonté manifeste du pouvoir en place de venir en aide à ces jeunes universitaires en facilitant leur intégration professionnelle tout en renforçant leur confiance dans leur pays. « Ces étudiants devront procéder à un recensement des entreprises non encore affiliées à l’ONA d’une part et des vieillards de plus de 70 ans dans le cadre de la Sécurité Uuniverselle d’autre part », a ensuite indiqué Chesnel Pierre soulignant que l’année 2019 ne sera pas de tout repos pour la boîte.

 

En effet, le directeur général de l’ONA promet d’être sur tous les fronts en 2019 pour, dit-il, insuffler une nouvelle dynamique au sein de cette institution, vieille seulement de 53 ans, et qui est donc « riche de jeunesse et d’espoir ». Dès le premier trimestre 2019, un manuel de procédures administrative, financière et comptable verra le jour. « Un outil adapté à l’organisation, véritablement opérationnel, exploitable par tous les agents concernés et d’actualisation aisée, qui prendra en compte les grandes orientations de l’institution, notamment le gain d’efficacité dans l’exécution des tâches administratives, et la garantie de continuité dans la bonne marche du contrôle financier. Ce sera un véritable outil de management et un instrument de contrôle essentiel, car l’absence de procédures écrites rend le contrôle interne difficile, non transparent et aléatoire », a fait savoir Chesnel Pierre, qui dit vouloir marquer son passage à la tête de l’ONA de fort belle manière.

 

Durant le premier trimestre de 2019, l’ONA compte organiser pour la première fois un colloque international sur la protection sociale avec notamment la participation d’experts et de représentants d’institutions nationales et internationales en charge de cette thématique. Ce colloque aura « pour principaux objectifs de mettre l’accent sur l’importance de l’extension de la protection sociale en tant qu’outil de réduction de la pauvreté et de contribution à la croissance et au développement durable ; de susciter un débat sur l’avenir de l’assurance-vieillesse en Haïti face aux problèmes d’emploi et réfléchir à l’équilibre financier à long terme des régimes de retraite ; d’analyser et de réfléchir des mécanismes de coordination institutionnelle et des textes juridico-réglementaires (décrets, lois et conventions collectives) indispensables à la mise en œuvre d’un socle de protection sociale en Haïti ».

Entre autres chantiers en cours d’élaboration, Chesnel Pierre annonce pour 2019 le lancement du nouveau produit ONA-COLLECTIVITÉS qui se fixe pour objectif de rapprocher les services et produits des agents des collectivités territoriales, et mutualiser les structures de l’ONA à leur intention. « L’ONA compte signer, durant l’année 2019, un protocole d’accord avec la Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH), la Fédération des CASEC, à travers le ministère de tutelle, dans le cadre de ce produit. L’ONA souhaite réaffirmer ainsi son engagement en faveur de l’accès aux droits et privilèges des assurés à tous les agents des collectivités locales, et renforcer sa politique d’accompagnement de ces agents plus près de leurs communes », informe le DG de l’ONA, qui dit répondre ainsi au souhait du président Jovenel Moïse d’étendre la sécurité sociale aux collectivités territoriales et d’améliorer l’accessibilité des services à la population.

 

« L’année 2019 devra marquer l’effectivité de l’informatisation intégrale de nos données en ce qui concerne les cotisations et les quotes-parts. Dans cette perspective, les opérations d’immatriculation des salariés du secteur privé vont se poursuivre sur l’ensemble du territoire dès le premier trimestre », annonce M. Pierre signalant que l’ONA s’est engagée dans le vaste chantier de la réforme de l’Etat, à travers le programme-cadre mis sur pied par l’Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH). Pour s’assurer, explique-t-il, qu’à moyen terme le pays puisse disposer d’une administration moderne, efficace, honnête, impartiale, au service des citoyens et de l’intérêt général, et capable de gagner la confiance de la population et de préserver l’État de droit.

En outre, le projet d’amendement de la loi-cadre de l’ONA sera également concrétisé en 2019 car, selon M. Pierre, la désuétude de cette loi ne concorde pas du tout avec les nouvelles réalités sociales. « L’ONA se doit d’initier et de maintenir dans la durée cette volonté politique clairement manifestée de réformer et de moderniser son système administratif, ce qui implique la réingénierie de ses interventions à partir de la prochaine année », estime le patron de l’ONA, qui, en dépit des soubresauts, dit-il, poursuit dans le calme son effort vers le progrès, vers la justice sociale. « L’ONA demeure une institution plus que jamais debout […] La direction générale et le personnel, en droite ligne de l’action du chef de l’État et du Premier ministre, sont plus que déterminés à aider l’assurance-vieillesse à consolider et renforcer sa place au cœur de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale », a martelé Chesnel Pierre faisant mine de ne prêter guère attention aux embûches, tout préoccupé, dit-il, à mettre en œuvre la vision du chef de l’Etat consistant à assister les plus démunis.