L’ONA accorde des prêts à des jeunes entrepreneurs

92 jeunes, de la deuxième cohorte d’entrepreneurs sortis du long processus de sélection
du Programme d’Appui à l’Entrepreneuriat Jeunesse (PAPEJ), ont reçu, le jeudi 21
novembre 2019 au Palais national, leurs chèques de prêt contracté auprès de l’Office
National d’Assurance-Vielllesse (ONA).

Cette cérémonie va non seulement dans le sens de la mission de l’ONA, mais correspond
aussi à l’un des principaux défis de notre époque – la création d’emplois pour la
population, traduisant ainsi l’une des promesses majeures du Chef de l’Etat dans les faits.
Reconnaissant le rôle positif de l’entrepreneuriat dans l’emploi productif, l’ONA
réaffirme sa confiance dans la jeunesse, dans la création de richesses et d’entreprises à
travers le pays. « Au cours de la prochaine décennie, les principaux débouchés
économiques viendront de vous, jeunes entrepreneurs, qui concevez et montez des projets
d’entreprises, créez des emplois et de la richesse, et saisissez les opportunités de
croissance », a prédit le directeur général de l’ONA, Me Chesnel Pierre, s’adressant à ces
nouveaux bénéficiaires.

Ceci permettra de réduire le nombre de jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en formation »
a-t-il poursuivi. Dans cette optique, la pauvreté doit être combattue non seulement en
démocratisant la richesse, mais aussi en faisant confiance aux jeunes entrepreneurs qui
veulent investir, créer, innover dans leur communauté. C’est pourquoi le crédit leur est
accordé à un taux de seulement 3%, avec un temps de grâce de 6 à 12 mois.

Le patron de l’ONA a profité de la circonstance pour annoncer solennellement que le
Président de la République a déjà activé les leviers susceptibles de renforcer cette
confiance, cette nouvelle culture, cette nouvelle relation entre l’État et les entrepreneurs.
« Et ce changement culturel, cette nouvelle dynamique, il veut aussi les insuffler en faveur
des jeunes, car le Président Jovenel Moïse veut aller plus loin » a-t-il martelé, avant de
rappeler la détermination de son Institution à l’aider à poursuivre le combat.

Par l’obtention de ce prêt, ces jeunes, autonomes, vont se transformer en agents de
création de richesses qui œuvrent au développement de leur pays.


«