Le 14ème accordé au personnel de l’ONA

Tous les employés de l’Office National d’Assurance-Vieillesse (ONA) ont reçu, ce 2 août 2019, leur quatorzième mois de salaire, en plus de celui du mois en cours, généralement et régulièrement viré sur leur compte bancaire tous les 15 du mois, avons-nous appris de cette institution financière à caractère social.

Les employés, qui comptaient sur ce 14e mois pour résoudre un ensemble de problèmes liés notamment à la rentrée des classes, ont accueilli avec joie cette décision de la Direction Générale, alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter.

 » Nous nous croisions les doigts, attendant avec impatience une décision du genre, alors que les rumeurs les plus folles faisaient état de cas d’abus et de prévarications à l’ONA. Ce qui est nettement différent du constat que nous autres employés, nous faisons au quotidien », se réjouit Louis Martin, agent administratif.

« Notre espérance d’un 14ème mois de salaire qui semblait être une utopie, au regard de la situation difficile que traverse actuellement le pays, est devenue une réalité. L’ONA est l’une des très rares institutions publiques du pays à rétribuer leur personnel. Les préparatifs pour la rentrée scolaire sont désormais possibles », renchérit Anne Louise Valbrun, inspectrice affectée au bureau communal de Pétion-Ville.

Le versement par l’employeur d’un 14ème mois à son salarié n’est soumis à aucune obligation légale. De même que les primes et gratifications (sursis, bons d’achat) aux employés qui sont accordées en fonction des disponibilités.

« Nos résultats sont bons. La santé financière de l’ONA est parfaite », rassure le directeur général, Me. Chesnel Pierre, qui fait peu de cas des messages attentatoires à sa réputation personnelle, ainsi qu’à celle de l’institution, et aux discours défaitistes, publiés à longueur de journée sur les réseaux sociaux. « Nous n’avons pas de temps à perdre dans des bavardages », martèle-t-il.

Plus loin, le patron de l’ONA renouvelle sa détermination à se mettre résolument au travail. « Mon objectif ultime demeure la satisfaction des attentes et besoins de mes employés. Je ne pourrais être heureux que lorsque toutes et tous, ils disposent de tous les moyens nécessaires pour s’atteler à leurs tâches respectives et accomplir leur épanouissement personnel au niveau de leurs familles respectives ».

Aussi, les exhorte-t-il à mettre l’emphase sur le double engagement moral à l’égard de leur institution et à l’égard de la population. En raison de la mission de service public qui leur incombe, nos employés sont aussi le visage que l’État montre aux assurés, aux pensionnés et que ceux-ci rencontrent dans leurs relations avec l’institution. « Pour leur offrir ce qu’ils peuvent légitimement attendre de vous, vous devez en premier lieu être efficaces », conclut-il.