Funérailles de Claire François Duvignaud : entre deuil, tristesse et émotion

Une pléiade d’autorités politiques et législatives dont le Président de la Chambre des Députés, Gary Bodeau, l’ancien président de cette assemblée, Cholzer Chancy, le Directeur général de l’Office national d’Assurance-Vieillesse (ONA), Chesnel Pierre, en plus de nombreux proches, collègues et amis se sont réunis ce samedi 25 août 2018 à l’Eglise catholique St James sise à North Miami afin de rendre un vibrant hommage à Claire François Duvignaud et lui apporter un témoignage d’affection, d’admiration et de reconnaissance pour les fortes qualités morales et professionnelles, toute l’énergie et la puissance de travail dont elle fit preuve. Tous ont évoqué, chacun à sa manière, la bienveillance naturelle de cette grande patriote et militante sociopolitique, qui plaçait son action au service des autres dans le souci de promouvoir une société solidaire.

 

Dans son éloge funèbre, le Directeur général de l’ONA n’a pas manqué de saluer et d’honorer la mémoire de son amie et collaboratrice à ONAFANM dont elle fut l’assistante directrice. Intervenant au nom du personnel de l’ONA représenté par une modeste délégation, Me. Chesnel Pierre, reconnaît que Mme Duvignaud « avait choisi d’être une femme d’action et de mener une vie en mouvement ». Moment solennel au cours duquel le discours semble vouloir atténuer peine et douleur pour cette spécialiste des questions sociales qui avait fait de l’enthousiasme et de la joie de vivre un culte.
L’image du sourire qui ornait toujours le visage de Claire – et dont la photo a été exposée près du cercueil – a accru la sidération de ses amis face à la vérité de cette dure et terrible séparation.

 

« Claire avait la solidité du chêne et la souplesse du roseau… Donc, le chagrin de l’avoir perdue ne fera nullement oublier le bonheur de l’avoir connue », a-t-il confié, la voix toute empreinte de tristesse et d’émotion.

Femme de courage et d’engagement, Claire a été fauchée dans la plénitude de sa force et de combat pour son département, l’Artibonite, pour son patelin natal, Marchand Dessalines à laquelle elle était passionnément attachée, pour son idéal politique et pour la cause de la femme haïtienne au service de laquelle elle s’était engagée dès son plus jeune âge.

Avant d’être succédé à la tribune par le président de la Chambre des Députés, le président de Cappella University, une amie corrégionaire et le jeune garçon de la défunte, le DG de l’ONA a présenté ses douloureuses sympathies à la famille éplorée. « Loin de nos yeux, mais toujours dans nos cœurs. Nous t’aimons à jamais, Claire », conclut, tout ému, Me. Chesnel Pierre sous les applaudissements nourris de l’assistance.